gb agency

en fr

Expositions

en cours

archives

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

BREEZE 5: Tirdad Hashemi: Wet Plastic Fragile Heart

Exposition personnelle
gb agency, Paris
17 Mars - 23 Mai 2021


“La peinture, dans mon processus de travail, part toujours d’une histoire et continue comme un rêve. Tout est toujours possible dans le sommeil.”
Tirdad Hashemi

Tirdad Hashemi est née en 1991 à Téhéran, en Iran. Elle vit et travaille entre Paris,Téhéran et Berlin.
Sur du papier, souvent de petits formats et selon les moyens du bords, des êtres s’agitent, se rencontrent et se séparent. Parfois ils semblent se libérer de toutes contraintes et conventions; parfois ils suffoquent de nos règles de bienséance et vomissent nos sociétés bien pensantes.

Dans cet espace ténu, à l’image d’une chambre, d’indicibles désirs naissent, débordent, se mélangent. Une communauté de créatures sans frontière et aux cultures multiples se créée. Les scènes ne sont pas impudiques: elles deviennent le territoire de ceux et celles qui vivent à la marge et le théâtre de luttes contre l’intolérance. Elles se déploient pour partager les insomnies qui durent, les angoisses qui pèsent et revendiquent le droit d’exister au moins sur le papier. Les perspectives, vacillantes et complexes, font écho à l’intensité des instants vécus mais surtout à la fragilité du moment, presque irréel.

A Paris, Berlin, Istanbul ou Téhéran, ces personnages sont déterminés à s’affranchir de vérités sociétales, familiales ou religieuses imposées. Les interdits construisent leur identité au grès des rencontres. L’instabilité crée leur langage, leur énergie. Celui d’une génération faite de contradictions et de schizophrénies où les rêves et parfois les cauchemars racontent d’autres histoires et transforment la violence en tendresse.

Tirdad Hashemi n’est pas une activiste à combattre dans la rue mais le choix de son style de vie, de ses références identitaires et de sa sexualité est politique. De son pays, l’Iran, elle ne se sentira jamais libre, mais quelque part elle se sent étrangère où qu’elle aille. L’art est sa seule nécessité, sa seule maison. Le seul endroit où elle peut s’exprimer. Ou l‘on peut être soi et appartenir à un groupe d’individus en même temps car tout y est encore possible.