gb agency

en fr

TOUT DANS LE CABINET MENTAL

Group show with works by Cally Spooner
Centre d’art contemporain d’Ivry, le Crédac
Ivry-sur-Seine
April 9 - July 10, 2022

Artists: Pierre Bal-Blanc et Marianne Marić, Virginie Bobin, Flora Bouteille, Katya Ev, Dora García, Vir Andrés Hera, Myriam Lefkowitz et Julie Laporte, Marine Leleu, Aapo Nikkanen, Alevtyna Kakhidze et Sasha Pevak, Cally Spooner, Nora Sternfeld, Sabine Teyssonneyre, Victor Villafagne, Victor Yudaev.
Contributions et entretiens : Oliver Marchar, et autres à venir tout au long de l’exposition.
Curatorship: Cassandre Langlois
Tout dans le cabinet mental est une exposition conçue dans le cadre des activités du bureau d’études en performances TOGETHER UNTIL _ __ (what)* ?. Elle fait écho à une première session de travail accueillie en mars 2021 par le Crédac.

Elle a donné place à des expérimentations scénographiques, des répétitions-performances - dont le scénario s’est construit autour de la notion de contrôle - étendues sur plusieurs journées, à la réalisation d’entretiens avec Virginie Bobin, Pierre Bal-Blanc, Lenio Kaklea, Sasha Pevak et Nora Sternfeld. Cette occupation amicale portait, plus spécifiquement, sur la dimension prospective de la performance ainsi que sur la conceptualisation d’un plateau — espace scénique, de travail et studio de production — à venir.

Cette nouvelle étape opère, aujourd’hui, tel un cabinet des pratiques de la performance ouvert au public. Un plateau, inspiré des grilles de représentation de l’espace-temps, prend en compte la relation du corps au lieu tout en favorisant l’articulation entre pièces fixes, temps discursifs, éléments de recherches théoriques et documentation exposés. Au fil des semaines, les unes après les autres, ces pratiques invitées adviennent. Elles y agissent et interagissent selon différents paradigmes. Pour les unes, au-delà de certaines rationalités normatives. Pour les autres, à l’encontre de la dimension spectaculaire qui leur est parfois rattachée. Certaines embrassent la question du rôle social sous l’angle du scénique. Certaines encore promettent des fictions de corps et d’espaces. Ensemble, elles permettent de (re)penser l’environnement institutionnel, économique, archivistique et de médiation pour un art de la performance viable.

Dans le même temps, le bureau poursuit sa réflexion autour de la notion de pre-enactment qui correspond, selon Oliver Marchart, à « l’anticipation artistique d’un événement politique 1 .». Le philosophe autrichien précise que ce moment politique ne peut être que celui d’un antagonisme. Comme tout autre champ social, il considère que l’art peut se transformer en terrain d’entraînement. À petite échelle, le cabinet est envisagé comme une zone active, accueillant au fur et à mesure des « matières nouvelles », qui s’interroge sur ce qu’un lieu serait en mesure de fabriquer aujourd’hui. Il se développe ainsi — en filigrane — sous la forme d’un lieu dans le lieu où des pratiques alliées, issues de la performance, de la recherche universitaire ou de l’action curatoriale, s’exercent. Là, elles émettent des projections pour le futur d’un lieu de l’art.
Cassandre Langlois

News

You can also follow us on facebook, instagram, twitter, wechat, or via our newsletter: